Français 

Le CICTAR a travaillé conjointement avec la Fédération CFDT Santé-Sociaux et la Fédération Santé Action Sociale CGT pour élaborer notre dernier rapport.Le rapport, qui peut être lu ci-dessous en français et en anglais, examine comment le plus grand exploitant de maisons de retraite en Europe, le Groupe ORPEA, a construit un empire immobilier, à travers des structures complexes et opaques, tout en faisant face à des allégations de sous-effectif et de rationnement de la nourriture et des articles sanitaires, tout en recevant des fonds publics. Notre recherche révèle les 40 filiales luxembourgeoises du Groupe utilisées pour développer un portefeuille immobilier européen. Dans un cas, les bénéficiaires d’une acquisition immobilière ORPEA en France restent cachés derrière deux sociétés écran au Panama et dans les îles Vierges britanniques. 

Le CICTAR, la CFDT Santé-Sociaux et la CGT Santé Action Sociale n’accusent pas ORPEA d’avoir agi illégalement. Mais les trois organisations exigent un examen immédiat des finances et des performances opérationnelles d’ORPEA, une plus grande transparence et responsabilité financières dans l’ensemble du secteur, notamment en ce qui concerne les fonds publics, et des garanties des droits des travailleurs et de la protection des lanceurs d’alerte pour le personnel soignant de première ligne. 

Nous avons posé une liste de questions à ORPEA l’invitant à répondre aux allégations de ce rapport, mais au moment de la finalisation de ce rapport, l’entreprise ne nous avait pas fourni de réponse. Si nous recevons une réponse d’ORPEA, nous la publierons ici, avec le rapport.

English

CICTAR has worked with France’s two largest unions Fédération CFDT Santé-Sociaux and Fédération Santé Action Sociale CGT, to develop our latest report. 

The report, which can be read below in both French and English, examines how Europe’s largest care home operator, Groupe ORPEA has been building a property empire, through complex and opaque structures, while facing allegations of understaffing, diversion of public funds, and the rationing of food and sanitary items. Our research reveals Group’s 40 Luxembourg subsidiaries used to expand a European property portfolio. In one case, the beneficiaries of an ORPEA property acquisition in France remain hidden behind two shell companies in Panama and the British Virgin Islands.  

CICTAR, CFDT and CGT make no allegations that ORPEA acted unlawfully. But the three organisations demand an immediate review of ORPEA’s finances and operational performance, greater financial transparency and accountability across the sector, particularly in relation to public funds, and guarantees of worker’s rights and whistle-blower protection for front-line care staff. 

We put a list of questions to ORPEA inviting them to respond to the allegations in this report, but at the time of finalizing this report, the company had not provided us with a response. If we receive a response from ORPEA, we will publish it here, alongside the report itself.

ORPEA FR LOW

ORPEA EN LOW